Découvrez comment j’ai guéri du perfectionnisme et apprenez à en guérir vous aussi

Comment guérir du perfectionnisme

Cela faisait depuis près d’une année que je n’avais pas écrit d’article sur le site, j’étais confronté à un problème majeur : je souffrais de perfectionnisme.

Je peux vous dire une chose, ce n’est pas l’envie d’écrire qui me manquait, bien au contraire. 

Mais comme vous avez pu le constater, aucun article n’a été publié durant ce lapse de temps.

Avec l’épidémie du Covid et les confinements qui se sont succédé, je peux affirmer que ce n’est pas le temps qu’il me manquait.

Sans plus attendre, laissez moi vous expliquer ce que je ressentais et quelles ont été les solutions à mon problème.

Mon problème en tant que perfectionniste

Je n’arrivais pas à publier mes articles dès lors que je leur trouvais un quelconque défaut. J’essayais à tout prix de viser la perfection, d’apporter le plus de valeur ajoutée.

Je jugeais mon travail sans arrêt, je me questionnais sans cesse sur le sens de mon site.

Je tournais autour du pot sans pouvoir accepter que la perfection n’existe pas vraiment. Si j’estimais qu’un passage n’était pas assez bien, c’était tout l’article que je remettais en question.

C’est de cette façon que je me suis retrouvé bloqué dans mon processus créatif.

J’avais peur que ça ne plaise pas à tous mes lecteurs. J’avais peur que mon travail puisse être critiqué, qu’il ne soit pas lu ou apprécié à sa juste valeur. 

C’était comme si j’étais devenu mon propre bourreau.

J’ai donc effectué des recherches qui m’ont permis de trouver des solutions à ce problème. Je vais vous les exposer dans cet article pour vous aider à mon tour. 

Écrire cet article aujourd’hui est la dernière étape de la guérison de mon mal.

A l’heure où j’écris cet article, j’ai la chance d’avoir pris conscience des éléments qui me poussaient à agir de cette façon et à sans cesse procrastiner.



C’est quoi le perfectionnisme ?

Le perfectionnisme est le trait de caractère qui consiste à s’imposer à soi-même ou aux autres des normes extrêmement élevées.

Ce comportement perfectionniste peut se manifester de nombreuses façons, créant parfois des individus qui accomplissent des tâches sans faille, et d’autres fois des individus qui ne terminent jamais leur travail parce qu’ils ne sont jamais parfaits.

Certains perfectionnistes se fixent des normes trop élevées, ce qui les empêche d’atteindre des objectifs qui seraient considérés comme raisonnables par la plupart des gens.

Par exemple, avoir l’impression d’avoir échoué si toutes les tâches fixées dans une journée ne sont pas terminés.

Un perfectionniste semblera souvent indécis, procrastinera excessivement, s’inquiétera de faire des erreurs et s’autocritiquera fréquemment en raison de son mode de pensée.

Le premier trait des perfectionnistes est une réticence extrême à faire des erreurs.

Cela les conduit souvent à se retenir d’accomplir des tâches parce qu’ils pensent qu’ils ne pourront pas les accomplir parfaitement.

Ils se sentent souvent déçus lorsque leur travail ne répond pas à des normes qui peuvent paraître totalement irrationnels pour les autres, et développent alors un sentiment d’échec.

Cela se traduit également par une difficulté à comprendre et accepter la perspective des autres personnes.



Perfectionnisme, défaut ou qualité ?

Le trait de caractère perfectionniste part d’un objectif sain, il nous pousse à être le meilleur et à produire quelque chose de parfait, cela nous encourage donc à réussir et à se dépasser.

Le problème, c’est qu’il il parvient rapidement à se transformer en quelque chose de malsain lorsque les objectifs fixés sont toujours plus importants, toujours plus difficiles.

Donc bien qu’il puisse donner des résultats exceptionnels, et donc être considéré comme une qualité, les dérives du perfectionnisme font qu’il agit comme un défaut dans la majorité des cas.

Le perfectionnisme extrême est un défaut

Les perfectionnistes recherchent activement la perfection en toute chose. Cela peut conduire à une quantité écrasante de stress et de mal-être lorsque celle-ci n’est pas atteinte.

Ils se sentent souvent coupable et responsables lorsque les choses tournent mal.

Le perfectionnisme peut être responsable de l’apparition de certains troubles obsessionnels compulsifs.

La personne croit que chaque petit détail doit être parfaitement millimétré, sinon des choses terribles vont se produire, même si, objectivement, il n’en est rien.

La recherche constante de perfection donne l’impression qu’il faut toujours avoir plus pour être aimé ou accepté par les autres; que si les autres ne nous trouvent pas parfait, ils ne voudront plus interagir avec nous.

Ce sentiment de solitude et d’inutilité peut à sont tour provoquer un énorme sentiment de dépression.

Cela renforce ainsi l’impression que la seule façon d’être heureux, c’est d’atteindre la perfection en tout, ce qui est bien entendu impossible.



Le perfectionnisme maladif 

Le perfectionnisme devient maladif lorsqu’il est utilisé comme un bouclier pour se protéger des critiques et des déceptions. L’égo devient le principal ennemi.

Au lieu de laisser la douleur du jugement et la désapprobation des autres nous affecter, nous nous cachons derrières de faux objectifs.

Notre propre jugement qui est alors bien souvent infondé nous mène en bateau.

Quels que soit les succès extérieurs que nous obtenons, cela n’est jamais suffisant, il semble que nous ne soyons jamais assez bien au bout du compte.

C’est également le cas lorsque nous sommes en couple, nous avons l’impression que notre partenaire ne semble pas nous comprendre.

Comment guérir du perfectionnisme ?

Comprendre le conditionnement du perfectionnisme

Les tendances perfectionnistes apparaissent parce que nous avons été conditionnés par nos expériences passées en croyant que la réalisation de signes extérieurs de réussite (richesse, relations, accomplissements) peut nous protéger contre les sentiments de rejet et de dévalorisation.

Mais cela ne fonctionne jamais à long terme, car nous aurons toujours l’impression d’avoir échoué si nous n’atteignons pas la perfection dans tous les domaines de notre vie.

La seule façon de se protéger véritablement de la douleur et de la déception est de guérir de sa peur.

Examiner attentivement ses croyances et ses objectifs

La première étape pour résoudre ce problème consiste à examiner attentivement ses croyances et ses objectifs, puis à discerner ceux qui en valent vraiment la peine.

L’idée ici est de se recentrer sur soi-même pendant une période donnée.

Donnez-vous le temps de vous comprendre, et changez vos croyances négatives qui vous empêchent d’avancer.



L’imperfection, une qualité propre à l’humain

Pour mettre fin à ce cycle de souffrance et de déception, il est important que nous reconnaissions que nos imperfections sont ce qui fait de nous des êtres humains.

Reconnaissez que vous ne serez jamais parfait, et que personne d’autre ne l’est non plus.

Ce n’est pas grave si votre maison n’est pas parfaitement propre. Ce n’est pas grave s’il y a de la vaisselle dans l’évier.

Il n’y a pas de mal à laisser tomber la pression d’essayer d’être toujours exceptionnel, car cela ne fait qu’engendrer plus de problèmes.

La recherche de l’excellence est une bonne chose si elle est naturelle, car nous devrions toujours vouloir nous améliorer et grandir en tant qu’individus.

La recherche de la perfection est quant à elle néfaste car, elle nous fait nous sentir seuls et isolés, même si nous avons beaucoup d’atouts.

La première étape d’un traitement consiste à reconnaître que nos défauts ne doivent pas nous définir en tant qu’individus, et qu’il faut les accepter plutôt que les éviter.

La meilleure chose à faire pour vous est de vous accepter et de vous aimer.

Acceptez que vous ne soyez pas parfait, mais aimez-vous quand même ; réalisez que tout le monde est humain. Vous n’êtes pas seul dans cette lutte.



Arrêter de tout remettre au lendemain

La procrastination va de pair avec le perfectionnisme. Tout remettre au lendemain par peur de ne pas être parfait est le propre de certains perfectionnistes.

Apprenez dès aujourd’hui comment arrêter de toute remettre au lendemain !

Demander de l’aide

Il y a des situations qui nécessitent de l’aide extérieur, un avis étranger, une oreille pour vous écouter.

N’hésitez pas à consulter des professionnels qui sauront vous guider !

Conclusion

Il existe de nombreux moyens de guérir le perfectionnisme, mais le plus important est de cesser de le considérer comme un trait positif.

De cette façon, vous pouvez prendre des mesures pour arrêter ce cycle nuisible et être plus productif dans votre travail ou votre vie personnelle.

Qu’en pensez-vous ? Faites-moi savoir si j’ai oublié un conseil important pour guérir du perfectionnisme !

Laisser un commentaire