Comment arrêter de tout remettre au lendemain ? Le guide pour mettre fin à la procrastination

Vous vous dites constamment je le ferai demain, la semaine prochaine ou le mois prochain plutôt que d’agir maintenant dans le moment présent et vous en souffrez ?

On peut sans grandes difficultés conclure que vous êtes un adepte de la procrastination.

Grace à cet article, vous allez pouvoir comprendre ce qui vous pousse à agir ainsi, puis à l’aide d’explications et d’exemples concrets, vous allez pouvoir prendre conscience du problème et réfléchir à la manière dont vous allez pouvoir vaincre ce fléau qu’est la procrastination.

“Rien n’est aussi fatiguant que de remettre perpétuellement à plus tard une tâche inachevée”

William James
Comment arrêter de tout remettre au lendemain et en finir avec la procrastination

C’est quoi la procrastination ?

La procrastination est cette mauvaise habitude qui fait que vous retardiez vos prises de décisions ou évitiez d’accomplir certaines tâches jusqu’au moment où vous n’avez plus le choix, et ce, même si vous êtes pleinement conscient que ce n’est pas la bonne chose à faire.

La procrastination comporte dans son champ de définition des actions mineures comme le fait d’attendre le dernier jour pour faire un devoir, mais également des actions majeures telles que le fait de retarder la recherche d’un emploi ou consulter son dentiste, ce qui peut avoir des conséquences préjudiciables pour votre futur.

Les recherches scientifiques sur le sujet montrent d’ailleurs que les procrastinateurs tendent à être moins performants, et que ces derniers n’atteignent pas les objectifs qu’ils se sont fixés, ratant ainsi de nombreuses occasions dans leurs vies.

Des exemples de procrastination :

  • Remettre au dernier moment la rédaction d’un devoir
  • Attendre le moment critique pour enfin consulter un médecin
  • Remettre au mois suivant son inscription à la salle de sport
  • Attendre le dernier moment pour choisir la destination de ses vacances
  • Remettre à plus tard la perception de ses impôts

Pourquoi tout remettre au lendemain est un réel problème ?

Bien que la plupart des gens remettent au lendemain les choses qu’ils ont à faire, il ne s’agit pas là forcément de procrastination.

Une distinction est nécessaire : il y a d’un coté la procrastination, et de l’autre la fainéantise. La première correspond davantage à une mauvaise habitude, et donc celle-ci peut facilement être vaincu en s’organisant, tandis que la deuxième nécessite énormément de travail sur soi-même afin de changer l’état d’esprit qui s’est sans cesse renforcé au cours du temps.

La procrastination est alors qualifiée, puis identifiée lorsque le fait de remettre régulièrement des choses à plus tard cause des souffrances qui sont pleinement perceptibles par le procrastinateur, mais que ce dernier ne parvient pas à s’y résoudre et à faire autrement.

La raison pour laquelle la procrastination est souvent ignorée est qu’au final, les tâches sont toujours réalisées, mais pas à moindres coûts… Le vrai problème intervient lorsque la procrastination devient chronique, et que celle-ci vous empêche de vivre pleinement.

Remettre les choses à plus tard peut paraître normal, car cela nous permet d’éviter des tâches ou des décisions désagréables, mais ça l’est uniquement à court terme. Dans de nombreux domaines tels que le travail, la vie sociale et la santé, la procrastination peut très vite devenir un handicap : on n’est jamais prêt à temps, notre travail n’est pas bien fait, on est stressé et préoccupé…

Pourquoi procrastinons-nous ?

La première raison qui fait que l’on procrastine est que nous essayons d’éviter de réaliser des tâches qui pourraient nous être désagréables dans le présent. Notre instinct nous dicte alors de remettre la chose à plus tard afin d’éviter la sensation d’inconfort que pourrait accompagner la réalisation.

Deuxièmement, on préfère se sentir parfaitement prêt avant de faire face à une certaine situation. De cette manière, on remet la chose à plus tard jusqu’au moment où l’on jugera que notre confiance est à son niveau maximum.

Sauf que la vérité est très différente de ce que l’on pense croire : il n’y a pas de moment propice. Il existe en nous une croyance négative qui nous laisse penser qu’il n’est pas possible de fonctionner correctement tant que nous ne sommes pas dans le confort le plus total.

Et enfin, troisièmement, on tend à procrastiner, car on évalue davantage les gains présents que les gains futurs. Dit d’une manière plus compréhensible, cela veut dire que l’on préfère obtenir de la satisfaction sur le moment présent : je regarde la télé et cela me procure de la satisfaction tout de suite plutôt que de faire ma dissertation maintenant et ressentir de la satisfaction que lorsque je l’aurai terminée.

Comment la procrastination se déclenche en nous ?

Afin de comprendre la façon dont l’acte de procrastination survient en nous, il va d’abord falloir identifier les paramètres mentaux qui déclenchent ce phénomène.

Nous allons pour cela nous interroger sur différents paramètres que sont la façon de penser, les sentiments, et enfin le comportement. Chacune des tendances suivantes est alors responsable de votre procrastination.

Pensées :

  • Passez-vous trop de temps à vous inquiéter à l’idée d’effectuer une tâche ou prendre une décision plutôt que de passer à l’action ?
  • Mettez-vous constamment en doute vos décisions et vos actions de peur de faire des erreurs ou vous tromper ?
  • Avez-vous du mal à rester dans le moment présent et vos pensées sont davantage concentrées sur les éventualités du futur ?
  • Êtes-vous si obsédé par les détails qu’il vous arrive de perdre de vue vos objectifs généraux ?
  • Vous fixez-vous des objectifs trop extrêmes ?

Sentiments :

  • Vous sentez-vous dépassé à l’idée de l’effort nécessaire pour accomplir une tâche ?
  • Avez-vous du mal à gérer votre stress lorsque vous devez faire plusieurs choses ?
  • Vous sentez-vous stressé, anxieux ou déprimé à cause des choses que vous avez remis à plus tard ?
  • Sentez-vous que vous perdez du temps, mais que vous n’arrivez tout de même pas à vous en empêcher ?

Comportement :

  • Avez-vous tendance à remettre les tâches que vous jugez mineures à plus tard ?
  • Faites-vous autres choses alors qu’il y’a des tâches beaucoup plus importantes à accomplir ?
  • Êtes-vous parfois paralysé à l’idée de votre manque de capacité à l’égard d’une tâche à accomplir ?

Voyons sans plus tarder comment il est possible surpasser cette façon de penser et d’agir.

Comment arrêter de tout remettre au lendemain ?

S’organiser :

Je ne vous apprends rien de nouveau ici, mais afin d’arrêter de tout remettre au lendemain, il va falloir que vous vous organisiez !

La première méthode consiste à définir chaque soir avant de vous coucher la tâche prioritaire à accomplir le lendemain. N’hésitez pas à noter cet objectif afin de ne pas l’oublier.

Il s’agira de la première chose que vous allez devoir faire après être rentré du travail, ou dès le réveil si vous votre emploi du temps vous le permet : « Je réponds à 5 annonces de recrutement en envoyant mon CV et ma lettre de motivation ».

Tant que cette tâche n’est pas accomplie, vous ne devez pas vous autoriser à faire autre chose. Il faut vraiment que vous vous y teniez. En définissant l’objectif la veille, vous aurez beaucoup plus de facilité à vous y tenir.

La deuxième méthode consiste à se fixer une ou des deadlines. Pour cela, je vous invite à lire mon article ici.  Le fait d’avoir organisé votre journée aura pour effet de vous éviter de perdre du temps. En ayant conscience de tout ce qu’il y a à faire pour la journée, vous diminuerez les chances de faire autre chose que ce qui est prévu.

Oubliez vos incertitudes :

Comme nous l’avons vu plus tôt, la peur et l’incertitude sont les éléments principaux qui vous incitent à procrastiner. Ces dernières ne doivent cependant pas vous empêcher de passer à l’action. Si vous vous sentez submergé par la peur, prenez du recul, respirez un grand coup et faites-y face sans vous poser de questions.

Gardez en tête que l’action est pour la plupart du temps mieux récompensée que l’inaction.

Le fait d’être mal à l’aise n’est vraiment pas une excuse. Les choses qui vous rendent mal à l’aise devront être celles que vous devez faire en priorité. C’est en les réalisant sans trop tergiverser que vous allez pouvoir passer rapidement à chose, puis constater que le malaise auquel vous vous attendiez n’est pas si important que ça.

Changez votre façon de penser :

C’est uniquement en changeant votre façon de penser qu’il sera réellement possible d’arrêter de procrastiner. Transformez votre façon initiale de penser qui était « je le ferais plus tard » à «je le fais maintenant ».

Il se peut que vous n’ayez pas encore la confiance ou le savoir-faire nécessaire pour que les choses soient toujours faites à temps. Toutefois, avec de la persévérance, de la confiance en soi et de l’expérience, vous pouvez faire beaucoup.

Vous devriez choisir d’être proactifs plutôt qu’attentistes.

Commencez plus tôt que nécessaire et donnez-vous le temps de comprendre ce qu’implique une tâche ou une décision à venir, quelle est la situation globale et comment la décomposer en petites étapes. Pour réussir, il faut agir, le faire petit à petit si nécessaire et continuer à avancer même si on rencontre des échecs sur le chemin.


Il ne vous reste plus qu’à agir pour réellement vous débarrasser de la procrastination. Sachez cependant que c’est un combat qui n’en finira pas si vous vous relâchez. Vaincre cette mauvaise habitude de toute remettre au lendemain demande une attention quotidienne, car, au moindre écart, elle revient aussi vite que le mauvais temps !  

Laisser un commentaire