Que faire quand on hésite trop?

Que faire quand on hésite?

Il arrive trop fréquemment que nous soyons dans le doute et que l’hésitation s’empare de nous au moment de faire un choix. La décision à prendre nous paralyse, l’esprit s’embrouille, les pensées deviennent intrusives et nous empêchent de passer à l’action.

Bien qu’il soit tout à fait naturel d’hésiter, chez certains individus, cette hésitation prend trop de place et les empêche totalement de passer à l’action ou réaliser un quelconque objectif. La question qui se pose alors est la suivante : que faire quand on hésite trop ?

Laissez-moi vous expliquer quels sont les mécanismes qui agissent sur le processus d’hésitation, puis vous donner des astuces qui vont vous permettre de prendre les bonnes décisions et passer à l’action lorsque vous serez en train d’hésiter.

“Un remords vaut mieux qu’une hésitation qui se prolonge”

Henry de Montherlant




J’hésite à cause de la peur

L’hésitation est une conséquence directe de la peur. Que ça soit la peur de l’inconnu, la peur des conséquences que peuvent avoir nos décisions ou encore la peur de l’échec, ces peurs ont une responsabilité indéniable dans la façon dont nos décisions sont prises.

En comparaison d’il y a plusieurs milliers d’années, les conséquences actuelles de nos décisions ont cependant nettement moins de chances de nous ôter la vie. Au temps des hommes préhistoriques, le doute et l’hésitation s’avéraient être très utile pour vous sauver la vie, car au détour d’un buisson pouvait se cacher une tribu adverse ou un animal sauvage qui en voulait à votre peau. Hésiter longuement et de manière réfléchie pour chacune de ses décisions était donc primordial et nécessaire.

Cependant de nos jours, au XXI siècle, cette peur mentale bien souvent injustifiée et provenant principalement de croyances négatives et limitantes nous empêche totalement de réaliser des actions très anodines et sans aucun risque pour notre vie.

  • « J’hésite à aller lui parler ? Et si elle m’ignore… Et si elle en parle à ses amies… »
  • « Je ne connais personne à cette soirée, ne vaut-il pas mieux pour moi de ne pas y aller? Ça serait la honte de se retrouver seul…»

Les conséquences de nos peurs font qu’on finit par ne pas du tout agir, ou alors trop tardivement. Cette vidéo de Will Smith de passage sur un plateau télévisé pour raconter son saut en parachute illustre parfaitement à quel point la peur peut créer des situations mentales encore plus inconfortables que l’événement appréhendé.

Attention, je ne dis pas que l’hésitation ne doit pas exister et que les décisions que nous prenons n’ont aucune importance. Ce que je dis là, c’est que la plupart des décisions sur lesquelles on passe autant de temps à hésiter ne devraient pas avoir lieu.

Hésiter c’est déjà prendre une décision

“100 % des gagnants ont tenté leur chance”  

McCann-Erickson

Bien que je ne sois pas un fervent admirateur des jeux de loterie, et que le slogan cité ci-dessus puisse avoir différents sens (100% des perdants ont également tenté leur chance), ce dernier résume plutôt bien le fait que c’est uniquement en surmontant la peur et son lot d’hésitation, puis en passant à l’action qu’il est possible de gagner la moindre chose.

Trop hésiter à prendre une décision peut vous faire rater de belles opportunités. De plus, il est important de garder en tête le fait que les regrets sont beaucoup plus puissants que les remords. Si vous ne vous décidez pas à passer à l’action quand l’occasion se présente, sachez que la douleur du regret vous fera encore plus mal que les remords qui auraient pu découler de votre passage à l’action.

Lorsque vous hésitez des mois durant sur là décision concernant le bon partenaire à choisir, entre deux hommes que tout oppose par exemple, ne pensez-vous pas que le temps risque de vous rattraper ? N’imaginez-vous pas que votre absence concrète de décision puisse avoir des conséquences préjudiciables pour vous?

Simplement dit, il vaudrait mieux que ces deux personnes soient patientes, ou que votre verdict soit rapidement rendu, car sinon, vous risquerez de regretter le fait qu’aucune de ces deux personnes ne soit encore là à attendre lorsque vous aurez finalement pris votre décision.

Il ne s’agit pas là de prendre des décisions hâtives, mais plutôt de passer à l’action ou prendre une décision lorsque vous êtes pleinement maître de la situation. C’est-à-dire de ne pas attendre le moment où votre choix pourrait vous porter préjudice.

Afin de s’assurer qu’un choix est meilleur qu’un autre, vous allez bien souvent devoir prendre une décision, et c’est uniquement avec le recul et l’expérience que vous allez pouvoir mesurer l’étendue de votre choix.

Il vaut mieux se tromper rapidement, apprendre de son erreur et passer à autre chose, plutôt que de ne rien faire et être paralysé par l’hésitation et le doute.

D’autant plus que le coût d’opportunité associé à un choix, autrement dit la valeur à laquelle on renonce lorsqu’on prend une décision plutôt qu’une autre est souvent négligeable. Économiquement parlant, cela signifie que votre décision ne nécessite pas autant d’hésitation, car vous n’avez presque rien à perdre, mais tout à gagner.




L’hésitation nécessaire et justifiée

Certaines hésitations sont nécessaires et justifiées, car elles sont susceptibles de changer à jamais le cours de votre vie. Cela concerne toutes les décisions pouvant avoir une lourde conséquence dans le présent et le futur telles que votre futur choix d’étude, recourir à un crédit bancaire où non pour l’achat d’un bien, transgresser une loi…

Gardez cependant en tête que c’est à vous que reviendra la mission d’identifier les décisions qui ont le plus d’importance, car chacun attribue individuellement une importance à un événement donné selon ses croyances et ses idéaux.

  • « Est-ce que je dois arrêter mes études pour me concentrer totalement dans ma carrière de joueur professionnel ? »
  • « Est-ce que je dois choisir une filière académique plutôt qu’une autre ?»

Pour ne plus hésiter et répondre à ces interrogations, vous aller avoir besoin de réfléchir, prendre du recul sur les événements, peser le pour et le contre des opportunités qui s’offrent à vous. Imaginez les conséquences positive et négative des scénarios, puis trancher en votre âme et conscience. 

Le pire scénario serait de ne prendre aucune décision, mais une fois la décision prise, il faudra que vous assumiez à 100 % votre décision sans jamais regarder en arrière ou la regretter. Encore une fois, s’il s’avère que vous aviez pris la mauvaise décision, apprenez de votre erreur et passez rapidement à autre chose.

Sans cette introspection, vous ne pourrez pas savoir quelle décision est meilleure qu’une autre. De plus, il y a certains choix dont seul vous connaissez la bonne décision.

Vous pouvez également discuter avec des personnes de confiance afin qu’elles vous donnent leurs opinions, mais ne demandez pas l’avis de trop d’individus, car cela risque de vous embrouiller l’esprit plus qu’autre chose.




Couper court à l’hésitation

“Le point de danger maximum est le point de peur minimale”

Will Smith

Pour toutes les autres décisions que vous devez prendre, tant que celles-ci ne sont pas punissables par la justice, essayez le moins possible d’hésiter. Ayez confiance en vous et vos décisions. Ne laissez pas votre ego vous dominer et vous faire peur.

Lorsque qu’on hésite dans ce type de situations, la meilleure solution consiste alors à cesser de réfléchir et passer à l’action.

Une technique pour éviter l’hésitation et la paralysie au moment de prendre une décision consiste à compter mentalement jusqu’à 3, puis de se lancer sans se poser de questions. De cette façon, vous ne laissez pas votre mental trouver des excuses pour ne pas passer à l’action. Il s’agit là d’une technique qui peut s’avérer très utile pour aller parler à des inconnus si vous êtes timides.

Si l’hésitation persiste toujours, posez-vous la question suivante : quelle serait la pire conséquence que pourrait avoir ma décision. Vous verrez que les conséquences sont en général minime.

Vous hésitez à aller parler à un inconnu dans la rue ? Que peut-il vous arriver de plus grave qu’essuyer un refus ou vous faire ignorer.

En conclusion

Vous avez le droit d’hésiter, mais cela ne doit pas vous empêcher de vivre et prendre des décisions. Rappelez-vous que l’hésitation est un processus naturel, mais que ce dernier doit principalement intervenir dans des décisions importantes. En cas de doute, interrogez-vous sur la pire conséquence que pourrait avoir votre décision.

L’hésitation émanant principalement de la peur, il s’agit alors de contrôler son langage mental et ne pas le laisser prendre le dessus. Des exercices de méditation peuvent par exemple être utilisés à cet effet afin d’améliorer le contrôle de vos pensées, ou ne plus être impactés par ces dernières.

Enfin, vous pouvez utiliser la technique des trois secondes pour agir lorsque vous vous surprendrez à être en train d’hésiter.

Laisser un commentaire